Les narcotrafiquants veulent ma peau

Les narcotrafiquants veulent ma peau

Au Mexique, un prêtre contre les trafiquants d’hommes

 Nouveauté 


Date de parution : 15-01-2018
135x210 mm mm
214 pages
979-10-306-0178-7

Livre papier : 19 €


  • > Présentation
  • > Résumé
UN MILLION DE DOLLARS. C’est la récompense que les trafiquants de drogue offrent à qui voudra bien tuer Alejandro Solalinde, le plus grand défenseur des migrants au Mexique.
Chaque année, plus d’un demi-million de migrants fuient la violence et la misère pour tenter de rejoindre les États-Unis, en quête d’un avenir meilleur. Ils sont sans papiers, sans argent et à la merci des féroces narcos, qui, en plus de vivre de l’argent de la drogue, font fortune sur leur dos.
N’hésitant pas à dénoncer les abus et la violence, Alejandro Solalinde a été menacé de mort à plusieurs reprises par les trafiquants de drogue.
Écrit avec la journaliste Lucia Capuzzi, Les narcotrafiquants veulent ma peau est une suite de chroniques décrivant le contexte social et politique du Mexique et révélant la vie du père Alejandro Solalinde, sa vocation et son œuvre au profit des migrants d’Amérique centrale, victimes d’enlèvements, de trafic d’organes, de l’esclavage et de la prostitution.
Son histoire, c’est aussi celle des vingt mille autres migrants que le père Solalinde parvient à accueillir et à aider.
Témoignage poignant d’un homme qui, pour servir son Dieu, se met du côté des plus faibles.

Traduit de l'italien par Quentin Petit

« Un des plus grands défenseurs des migrants. » Los Angeles Times ; Alejandro Solalinde est Prix national des droits de l'homme.



Sur l'auteur


Alejandro Solalinde

Alejandro Solalinde (né en 1945), prêtre mexicain, a fondé en 2007 Hermanos en el Camino, un centre d'aide pour les migrants en route pour les Etats-Unis. Il a obtenu plusieurs prix pour ses efforts, comme le prix national des Droits de l'homme. Plusieurs associations ont présenté sa candidature au prix Nobel de la paix 2017.


Du même auteur aux Éditions des Béatitudes

Les narcotrafiquants veulent ma peau