Pour un automne
... de bonnes résolutions




Sélection
50 ans du
Renouveau



Jubilé d'or
du Renouveau
charismatique
catholique
1967-2017  




Vous êtes sur Facebook
et vous aimez les EdB ? 

Dites-le nous en cliquant sur:



 


La Miséricorde

La Miséricorde

Notion fondamentale de l'Évangile

Clé de la vie chrétienne


 Nouveauté 

 Incontournable 

Date de parution : 02-04-2015
155x235 mm
216 pages
978-2-84024-818-7

Livre papier : 20 €
Livre numérique : 14.99 €


  • > Présentation
  • > Résumé
  • > Table des matières
  • > Presse
« Ces jours-ci, j’ai pu lire un livre d’un cardinal – le cardinal Kasper, un théologien très bien, un bon théologien – sur la miséricorde. Ce livre m’a fait tant de bien, mais ne croyez pas que je fais de la publicité pour les livres de mes cardinaux ! Ce n’est pas cela ! Il m’a fait tant de bien, tant de bien… Le cardinal Kasper disait que faire l’expérience de la miséricorde change tout. C’est la plus belle parole que nous puissions entendre : elle change le monde.
Un peu de miséricorde rend le monde moins froid et plus juste. Il nous faut bien comprendre cette miséricorde de Dieu, ce Père miséricordieux qui a tant de patience… Rappelons-nous du prophète Isaïe, qui affirmait que même si nos péchés étaient rouges comme l’écarlate, l’amour de Dieu les rendrait blancs comme la neige. C’est beau, la miséricorde ! »
Pape François
Paroles prononcées lors de son premier angélus, place Saint Pierre, le 17 mars 2013.

Traduit de l'Allemand par Esther et Marie-Noëlle Villedieu


« Ce livre m’a fait tant de bien. Faire l’expérience de la Miséricorde change tout. » Pape François

I. La Miséricorde, un thème d’actualité, mais oublié

II. Approches en Philosophie et dans les autres religions

III. Le message de l’Ancien Testament

IV. Le message de Jésus concernant la Miséricorde divine

V. Réflexions doctrinales

VI. Heureux les miséricordieux

VII. L’Eglise sous le signe de la Miséricorde

VIII. Pour une culture de la Miséricorde

IX. Marie, mère de la Miséricorde

Dans La Croix, 15 mars 2015, Sébastien Maillard:

Le pape annonce un jubilé pour mettre en pratique la miséricorde envers tous.
Le pape François a créé la surprise en annonçant, vendredi 13 mars, un «jubilé de la miséricorde» qui débutera le 8 décembre prochain.
(...)Sans cesse, le pape François rappelle le besoin de se convertir, d’attendrir son cœur, de ne «pas avoir peur de pleurer». Sans cesse aussi, il s’inquiète du niveau de cruauté dans le monde. En Italie, il presse les mafieux à changer de vie. Dans l’Église, sa réforme de la Curie se veut en priorité spirituelle, à travers un examen de conscience... Au-delà, le jubilé tend aussi une main à tous ceux qui se sentent exclus de l’Église, en marge. «Il veut une miséricorde appliquée, dans l’Église et dans le monde», résume le cardinal Walter Kasper, théologien proche du pape et auteur d’un livre intitulé Miséricorde (1), qui voit là un besoin urgent : « Nos sociétés sont sans pitié. Chacun défend ses droits. Le système capitaliste également est sans pitié.»

Dans Ubi & Orbi, la Documentation Catholique, 5 mai 2015, Dominique Greiner:

Pour le cardinal Kasper, la miséricorde est la clé de l’existence chrétienne
À l’occasion de la sortie en français de son livre sur la Miséricorde, le cardinal Walter Kasper a donné lundi 4 mai au soir une conférence au Collège des Bernardins sur le thème « le défi de la miséricorde».
Devant un auditoire fourni, le président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens a commencé par dire l’origine de son travail. Préparant une conférence la miséricorde, il a fait le constat d’un manque d’intérêt des théologiens pour ce qui est pourtant « un thème central dans la Bible et une clé dans la vie de tout chrétien »: « Tous les manuels de théologie et les articles sur la miséricorde des revues théologiques que j’ai alors consultés ne m’ont été d’aucun secours.»
Creusant plus avant la question, il a aussi noté la défiance de la philosophie moderne (Kant, Marx, Nietzsche) au sujet de la miséricorde. Or a-t-il relevé, «un monde privé de compassion et privé de miséricorde est un monde froid». «Ce sont précisément les deux idéologies du marxisme et du nazisme – qui ont particulièrement ravagé le vingtième siècle et ont causé des souffrances considérables à énormément de gens – qui ont conduit à repenser l’idée de la miséricorde. C’est dans cette situation que l’Église conciliaire et postconciliaire a redécouvert la centralité ainsi que le défi du message de la miséricorde», a-t-il souligné.
«Aujourd’hui le pape François, en pleine continuité avec ses prédécesseurs, fait de la miséricorde le thème central, fondamental et le mot-clé de son Pontificat», a t-il encore affirmé.(...)
Repoussant une conception «à bon marché» de la miséricorde qui est de l’ordre du commandement, il a aussi réfuté l’idée selon laquelle «la théologie de la miséricorde casse le concept de la vérité». «Comme si la miséricorde n’était pas une vérité révélée ! De plus, cette vérité est intimement liée à toutes les autres vérités. (...) Par conséquent, parler d’une opposition entre la miséricorde et la vérité est une absurdité théologique, et celui qui parle ainsi n’a compris, ni ce qu’est la miséricorde, ni ce qu’est la vérité révélée.(...)»

Dans France 2, "Le jour du Seigneur", 28 juin, le livre de Michel Cool:

Lors du premier angélus après son élection, le pape François avait confié à son auditoire: «ces jours-ci j’ai pu lire un livre du cardinal Kasper sur la Miséricorde. Il m’a fait tant de bien!» Et bien ce livre, le voici, traduit en français et disponible dans toutes les bonnes librairies! En lisant ce livre, je me suis demandé: «Pourquoi ce livre a-t-il pu faire tant de bien au Saint-Père? Je me suis dit d’abord, «c’est le langage clair et concret du cardinal Kasper, un langage semblable au sien. Pas besoin d’être théologien pour entrer dans ce livre d’approfondissement de la foi». Ensuite le pape a retrouvé dans ces pages une de ses idées fortes: «Dieu ne se lasse pas de nous pardonner». Alors pardonnons nous aussi les uns les autres. Ce livre de fond sera un excellent guide spirituel durant l’année sainte qui commencera le 8 décembre prochain. Il sera aussi un stimulant pour devenir soi-même miséricordieux.

Dans Le Figaro, page 8 entière, Jean-Marie Guénois, extraits:

JMG : Qu’est-ce que la «miséricorde»?
Card. Kasper :Il y a beaucoup de malentendus à son égard. La miséricorde n’est pas un christianisme light. C’est un attribut essentiel de Dieu. La Bible nous montre que Dieu est amour. Dieu est souverain dans son amour. Il pardonne et donne toujours une nouvelle chance. La miséricorde ne dépend donc pas de nos règles de justice, même si le pardon de Dieu n’est pas du relativisme. C’est un point central dans le message de Jésus, qui apparaît dans toutes ses paraboles. Nous devons à présent le redécouvrir.

Dans Christus, n°248, octobre 2015, Bernard Sesboüé :

(...) C'est une petite somme sur la miséricorde que nous livre son dernier ouvrage, qui passe en revue toutes les harmoniques du terme, depuis notre actualité jusqu'à son fondement philosophique et sa présence dans l'histoire générale des religions.(...)La miséricorde est un autre nom qui ajoute la note de compassion concrète et vivante, illustrée dans combien de scènes de l'Evangile.(...) Ce beau livre, à la fois simple et très réfléchi, est nourri de nombreux textes bibliques ou de la tradition de l'Eglise.

Dans Ecclésia N°27, septembre 2015, Monique Hébrard:

(...)Outre ce magnifique parcours biblique et théologique, le cardinal Kasper offre des références philosophiques, tout en étant profondément ancré dans la réalité présente. Il dresse une liste des oeuvres de miséricorde, suivant quatre types de pauvretés (matérielle, culturelle, manque de relations, psychique et spirituelle). Il ne manque pas de souligner que la pratique de la miséricorde doit aussi faire bouger l'Eglise. Mais attention, la miséricorde ne doit pas être l'instrument d'un laxisme moral, d'un laisser-faire. Elle ne s'oppose pas non plus à la justice, "ni la supprime; au contraire, elle la dépasse, elle est plénitude de la justice". En lisant ces pages, on pénètre un peu dans ce mystère magnifique d'une miséricorde qui "est la justice propre à Dieu". Les chrétiens sont donc tous invités à "abolir une pratique légaliste trop rigide", pour un chemin encore plus ardu, à la suite du Christ: "Elaborer une nouvelle morale basée sur l'Evangile."

Dans Eglise en Val d'Oise, décembre 2015, Claudia Garderet:

Dans sa préface, le cardinal Walter Kasper déclare humblement que son livre, fondé sur des notes de conférences, est une ébauche et qu'il n'a pas réussi à mettre en forme l'enseignement sur la divine miséricorde." Tant mieux! Le style en est plus naturel et répond aux interrogations de nos contemporains, pour mettre en cohérence leurs idées et leurs actes, au sein de la société.
La Miséricorde n'est pas le laxisme, étudié dans ses conséquences néfastes. L'empathie pour les criminels cause une injustice aux victimes. La Miséricorde est inséparable de la vérité. L'auteur, s'appuyant sur les Evangiles et les Epitres, dénonce les dérives d'une fausse conception poussant les gens au meutre en leur mentant sur la réalité objective de leur acte.
Nous sommes alertés ici contre la tendance à la déculpabilisation : en l'incitant à ne pas assumer ses responsabilités, on prive la personne de sa dignité humaine.

Dans Echo, le média des catholiques de l'Oise, décembre 2015:

Le pape François lui-même a affirmé que ce livre lui avait fait beaucoup de bien. Les textes publiés sont issus d'un cycle de conférences pour une retraite. Ce livre nous aide à comprendre ce qu'est la Miséricorde pour mieux en vivre, car elle change tout!

Dans Revue Etudes, septembre 2015, Claude Flipo, extraits:

Cet ouvrage, paru en 2012, traduit de belle façon en 2014 et publié comme ouverture à l’année de la miséricorde, s’applique aux hommes de notre temps qui se trouvent en une telle détresse physique et spirituelle. Quatre papes en ont parlé depuis le Concile comme d’un fondement pour la vie chrétienne, pour l’Église et pour le monde.
L’ouvrage fait l’inventaire de ce thème dans l’Ancien et le Nouveau Testament avant d’affronter les questions qui habitent la conscience moderne: pardon et culpabilité, amour et justice, ciel et enfer, confession et justification, etc. Le lecteur appréciera les pages sur le Coeur de Jésus, d’une grande justesse de ton et profondeur de pensée.
À l’encontre d’une tendance actuelle qui exalte la miséricorde de Dieu au détriment de sa toute-puissance, Kasper affirme: «Dans la mort de Jésus, Dieu n’a pas renoncé à sa toute-puissance, bien au contraire il a agi avec force et puissance.» En détruisant la haine, le péché et la mort par un amour vainqueur, il prend sur lui toute iniquité et renouvelle le cœur humain selon une nouvelle création. Allant des anciens aux modernes, ces pages montrent la cohérence de la foi chrétienne et en rappellent une dimension de premier ordre pour notre temps.

Dans Prêtres Diocésains, n°1522, janvier 2016, Sébastien Courault:

(...) Kasper a voulu faire de son livre une réponse à la question de la présence de Dieu au milieu de la souffrance humaine mais il nous offre surtout une belle contemplation de Dieu miséricordieux lui-même. On comprend alors que le pape François se soit ému lors de son premier angélus le 17 mars 2013 de la lecture de ce livre. On comprend également que ce livre sous-tende la proposition que le pape nous fait d'entrer dans une année sainte de miséricorde. Nul doute que ce livre sera un support riche pour approfondir ce jubilé.

Dans Unité des Chrétiens, n°182, avril 2016:

(…)L’auteur montre combien la miséricorde si ancrée dans la tradition biblique et la vie du Christ concerne les chrétiens de toute confessions. Ce livre pourra donc être lu avec grand profit dans des groupes œcuméniques mais aussi par tout chrétien désireux de vivre en disciple du Christ.



Sur l'auteur


Kasper
Cardinal Walter Kasper

Le Cardinal Walter Kasper, est né en 1933 en Allemagne. Il est président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens depuis juillet 2010. Il a reçu en mai 2010 le « Prix Isaïe interreligieux » décerné par le Comité juif américain en raison de « son long engagement dans le dialogue entre juifs et catholiques » et de son « leadership » dans « le progrès de la compréhension entre ces deux fois »



Du même auteur aux Éditions des Béatitudes

La Miséricorde
Juifs et chrétiens