Etonnant de proposer son manuscrit à 15 ans? Lucile raconte

En quelques lignes, peux-tu te présenter aux lecteurs?
Je m’appelle Lucile, j’ai 16 ans et je suis en Terminale scientifique. Je fais du violon depuis un peu plus de 11 ans, j’aime le basket et j’ai 4 frères et sœurs. Je souhaite me diriger vers des études de médecine. 

Quelle est ta Parole de Dieu préférée?

« C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.» (2Co 12, 10) J’aime particulièrement ce verset car il me rappelle que je ne peux rien en dehors de Dieu. Il est ma force.

C’est assez étonnant de proposer son manuscrit à 15 ans, qu’est-ce qui t’a poussée à le faire?
Je crois que c’est vraiment une réponse à un appel du Seigneur. J’ai le désir de faire connaître aux autres la joie d’une vie vécue avec le Christ, malgré les épreuves. Je vois que peu de jeunes ont vécu une rencontre personnelle avec le Christ, et je veux leur dire que cela est possible.

De quoi avais-tu peur?
J’avais peur que ma vie ne serve à rien, qu’elle n’ait pas de sens. Je cherchais un rocher sûr sur lequel je puisse construire ma vie.

Comment les personnes réagissent autour de toi sur le livre?
Beaucoup de personnes me disent la joie et l’espérance que mon témoignage leur donne. Au lycée, la plupart du temps, les personnes sont étonnées d’apprendre que j’ai écrit un livre et que je témoigne de ma foi lors de rassemblements de chrétiens. Certains sont interpellés et viennent me poser quelques questions sur l’Église et la foi.
Un adulte m’a dit que la lecture de mon témoignage lui avait donné envie d’écrire le sien.

Comment vis-tu le fait d’être chrétienne dans ta vie quotidienne?
Je suis heureuse d’être chrétienne, et le Seigneur me donne la grâce de ne pas accorder trop d’importance aux regards qui jugent. Dans ma paroisse et ma famille, je suis bien entourée car une vraie foi les anime et nous nous portons les uns les autres.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans ta démarche?
La persévérance. La grande majorité du temps, Dieu n’est pas présent de manière sensible. Le tout est de ne pas se décourager et d’espérer en Dieu.

Le synode des jeunes a eu lieu récemment, si tu rencontrais les évêques quel message souhaiterais-tu offrir sur le sujet?
Les jeunes sont prêts à s’engager. Ils ont soif d’être écoutés par des prêtres et consacrés et de débattre ensemble sur des sujets qui leur posent questions. Ils ont besoin que les adultes qui les encadrent vivent leur foi et soient formés.

Aujourd’hui qu’est-ce que représente pour toi la sainteté?
La sainteté, c’est une confiance et un abandon total en Dieu.

Est-ce que tu as l’impression qu’il faut être parfait(e)?
Bien sûr que non! Sinon je n’aurais jamais rencontré Dieu. N’attendons pas d’être des saints pour nous livrer à l’amour. Dieu aurait très bien pu créer des régiments entiers de saints plus parfaits que chacun d’entre nous. Pourtant, Il préfère notre pauvre amour.

Ce livre est destiné aux jeunes et moins jeunes, est-ce que tu as l’impression que ton exemple met la barre haute?
Cette rencontre avec le Christ est accessible à tous. En écrivant, je ne me suis pas posée cette question: le Seigneur m’a donné de vivre cette expérience, je ne l’ai pas choisie! Le Seigneur est grand, il donnera de grandes choses! Le but n’est pas d’accomplir de grandes choses mais de vivre pleinement ce que le Seigneur nous appelle à vivre.

Selon toi, qu’est-ce qui empêche les jeunes d’avoir une vie spirituelle ou de passer à côté?
La pression sociale: être chrétien est mal vu, et les jeunes sont particulièrement sensibles aux regards des autres. Pour ne pas être exclus, ils ferment la porte à leur vie spirituelle.

Si tu avais 5 conseils concrets à donner à un débutant qui veut avancer dans sa vie spirituelle?
– Prier chaque jour: même si ce n’est qu’une minute par jour, c’est essentiel pour mettre Dieu au cœur de sa vie.
– Vivre les sacrements régulièrement: eucharistie et réconciliation.
– Faire partie d’un groupe de jeunes qui veulent apprendre à connaître le Christ. (Aumônerie, groupe de partage, scoutisme…)
– Lire la Bible (par exemple l’évangile du jour) et des vies de saints.
– Oser poser ses questions à des personnes de confiance.
– En bonus: faire des pèlerinages.

Propos recueillis par L. Lorusso, Edb infos du 23 décembre 2018.

On en parle… Tout voir

« Jésus était pleinement juif. Connaître son peuple, c’est Le connaître davantage. »
Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes? Je suis une religieuse dominicaine, vivant dans un petit monastère près … Lire la suite
« Ecris un livre d’espérance pour les enfants abusés » – Les amis de Van
Extraits du témoignage du Père Joël Pralong, supérieur du séminaire du diocèse de Sion, … Lire la suite
Eclairant et vivant – Carrefours d’Alsace
Un ouvrage éclairant et vivant. (…) Ce livre est une invitation à structurer et consolider l’expérience charismatique vécue … Lire la suite

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant un suivi statistique et anonyme des visites et de mémoriser vos choix et produits consultés dans la boutique.