Interview dans L’infolettre EdB

Entretien avec Fr Marie-Ollivier Guillou sur Consentir à l’amour

Pouvez-vous présenter à nos lecteurs en quelques lignes?
Je suis né en Bretagne en 1974, dans une famille catholique. Après l’obtention du bac, je suis entré dans l’ordre de Saint-Benoît à l’âge de 17 ans. Après une longue expérience monastique, j’ai finalement postulé pour rallier l’ordre des frères prêcheurs en 2009. Je vis actuellement dans la communauté de Marseille où je partage mon temps entre le professorat, la prédication de retraite et l’aumônerie de marine. Je viens de finir ma thèse en théologie mariale.

Comment avez-vous fait la connaissance des écrits du P. Marie-Etienne Vayssière?
J’ai rencontré le père Vayssière à travers ses écrits souvent repris en citations dans des ouvrages de seconde main, en particulier un rosaire. Cela m’a beaucoup marqué : quelles paroles de feu!

Qu’est-ce que cette rencontre a changé dans votre vie?
C’est le père Vayssière qui m’a sorti de mon impasse et conduit à l’ordre des prêcheurs, à un moment de grande crise dans ma vie religieuse bénédictine. Je crois que j’ai vécu grâce à lui une seconde conversion. Je me suis enfin trouvé moi-même. A sa suite, je me suis enfoncé dans la faiblesse du Christ. J’ai accepté de « rater » ma vie, de tout perdre. Le père Marie-Etienne, c’est vraiment une amitié spirituelle permise par la Providence dans la communion des saints. Quel clin d’œil quand même! Je suis entré dans l’Ordre, sans le vouloir, par le portail de la Sainte-Baume où lui-même avait vécu pendant une trentaine d’année. En un sens, il m’attendait dans ce lieu béni de Provence où son corps repose. J’y vois une sorte de parrainage spirituel.

Pourquoi avoir voulu choisir, présenter et publier ces lettres?
Ces lettres constituent un grand trésor que l’ordre dominicain se doit de partager. Depuis des années, j’avais le désir de faire connaître la doctrine spirituelle du père Vayssière simple, lumineuse, profonde et vraie aussi. Elle est « vraie », au sens où elle provient directement de l’expérience spirituelle du dominicain. Le père Vayssière nous parle de sa cuisine, si j’ose dire; il célèbre le quotidien où Dieu se donne et se laisse rejoindre, en particulier dans nos faiblesses et nos épreuves.

Quelle est la spécificité selon vous de la spiritualité du père Marie-Etienne Vayssière?
Il me semble que c’est la petitesse, l’humilité et la simplicité. Le père Vayssière nous aide à accepter de n’être rien, et d’aimer ce rien comme le lieu d’une rédemption: la faiblesse est une force! Avec cette note supplémentaire qui vient de son amour de Marie.
« La perfection de l’enfance évangélique dans le plan divin, c’est la vie en Marie. » Cette parole résume bien le chemin qu’il nous invite à prendre à sa suite. On aimerait dire: « le père Vayssière, c’est la Petite Thérèse en version mariale ».

Le lieu de la Sainte-Baume est marqué par Marie-Madeleine, comment cela s’est-il exprimé à travers la spiritualité du P. Vayssière?
Marie-Madeleine et la Sainte-Baume constituent un tournant dans la vie du père Vayssière. Elle correspond à une conversion. Suite à un burn-out, il entre dans une vie de solitude et de prière, ce qui est un peu exceptionnel dans la vie d’un dominicain. Pour lui ce fut un grand déchirement. C’est à l’école de sainte Marie-Madeleine que le père Vayssière a appris l’importance de l’amour, sommet de la vie chrétienne. Marie-Madeleine aimait-il à dire, c’est la Sainte de l’amour!

A qui conseilleriez-vous cet ouvrage?
On a tous quelque chose en nous du père Vayssière… Il nous ramène à ce besoin de liberté intérieure qui nous fait défaut si souvent. Nous sommes à la merci des contrariétés de toutes sortes qui nous crispent: la maladie, l’échec, la pauvreté sous toutes ses formes. Tout cela, le père Vayssière nous aide à le vivre dans la lumière!

Propos recueillis par L. Lorusso

On en parle… Tout voir

Église de Metz
Dans cette bande dessinée, nous sommes à l’époque de la mort et de la résurrection du Christ. … Lire la suite
Interview dans L’infolettre EdB
Entretien avec Fr Marie-Ollivier Guillou sur Consentir à l’amour Pouvez-vous présenter à nos lecteurs en quelques lignes? Je suis … Lire la suite
La Croix
Il célèbre sa messe en treillis-rangers. Sa valise-chapelle, qu'il ne quitte plus, a connu les tirs de roquette … Lire la suite

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant un suivi statistique et anonyme des visites et de mémoriser vos choix et produits consultés dans la boutique.