On croit toujours que l’autre doit nous deviner

Entretien avec Michel Martin-Prével sur son livre Quand l’amour cherche à renaître:

Pouvez-vous brièvement vous présenter à nos lecteurs?
Veuf après trente-deux ans de mariage, je suis prêtre depuis sept ans en paroisse et membre de la communauté des Béatitudes depuis 35 ans. Je côtoie beaucoup de couples en difficulté et des divorcés. J’ai la chance aussi d’accompagner des fiancés au mariage. Je crois me situer au cœur des problèmes des couples et des familles d’aujourd’hui.

Qu’est-ce qui vous a amené à accompagner des couples?
Le souvenir de mes propres difficultés à aimer conjugalement, accomplies dans mon sacerdoce, car je suis toujours marié, maintenant avec l’Église, une sacrée épouse! (rires)

Quelles sont les difficultés majeures des couples aujourd’hui?
Continuer à se connaître, car l’autre change, évolue et on croit toujours que l’autre doit nous deviner. Il faut écouter paisiblement les besoins du conjoint, pour aimer non pas ce qu’il a été mais ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Comment est né le parcours Tobie et Sara?
J’ai constaté l’insuffisance des retraites pour couples, trop belles, trop loin des réalités concrètes de la vie conjugale. On fait beaucoup d’efforts en entreprise pour régler des conflits et rien pour les couples !

Comment se déroule ce parcours pour couples en souffrance?
Il est organisé en neuf étapes, où on réagit par des questionnaires et un accompagnement personnalisé et confidentiel. Des démarches en veillée scellent ce qui a été relevé et on aboutit à une feuille de route que le couple écrit pour lui.

Quel est le premier pas d’une réconciliation?
Se savoir pécheur, faible et fragile, et attendre beaucoup de Dieu pour recevoir beaucoup. Et ça marche si on ne croit plus que l’on va s’en sortir tout seul.

Quelle est l’originalité d’un tel parcours?
– La confidentialité (Beaucoup de couples sont très pudiques et souffrent trop en silence).
– Réaliser que le couple marche à trois. Pour être aidé, le couple a besoin d’une tierce personne qui agit comme un miroir ; et dans le pardon comme dans la prière, la troisième personne est le Christ.
– Enfin réveiller la volonté, vrai moteur de l’amour, pour tenir les résolutions entrevues.

Finalement cette expérience de Résurrection est celle des pèlerins d’Emmaüs qui ne savaient pas, dans la tristesse, qu’ils marchaient avec Jésus, et qui retrouvent la joie en le reconnaissant au milieu d’eux, couple à trois!

Infolettre EdB Infos, mars 2017

À propos de l'auteur

On en parle… Tout voir

« Jésus était pleinement juif. Connaître son peuple, c’est Le connaître davantage. »
Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes? Je suis une religieuse dominicaine, vivant dans un petit monastère près … Lire la suite
« Ecris un livre d’espérance pour les enfants abusés » – Les amis de Van
Extraits du témoignage du Père Joël Pralong, supérieur du séminaire du diocèse de Sion, … Lire la suite
Eclairant et vivant – Carrefours d’Alsace
Un ouvrage éclairant et vivant. (…) Ce livre est une invitation à structurer et consolider l’expérience charismatique vécue … Lire la suite

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant un suivi statistique et anonyme des visites et de mémoriser vos choix et produits consultés dans la boutique.