Grand décalage entre «Mon corps, mon choix, mon droit» et la réalité

L’idée de ce roman n’est pas d’apporter des réponses à un sujet très complexe. Mais plutôt de réfléchir ensemble.  Entretien avec Clotilde Merza

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs en quelques lignes?
Je m’appelle Clotilde Merza, j’ai 35 ans, suis mariée et mère de famille. Après des études d’assistante-sociale et une Licence en Sciences de l’éducation obtenue à Paris, je suis partie quelques mois travailler bénévolement au Canada. A mon retour en France, j’ai intégré une association pour exercer en foyer auprès de jeunes placés par les services sociaux. J’ai ensuite été responsable de l’accompagnement social des résidents d’une résidence sociale à Paris.

Qu’est-ce qui a déclenché cette envie d’écrire un roman?
Plusieurs choses m’ont poussé à écrire ce roman. Déjà, je trouvais qu’il y avait un grand décalage entre le slogan du gouvernement « Mon corps, mon choix, mon droit » et la réalité de ce que vivent les femmes et les hommes lorsqu’ils sont confrontés à une grossesse imprévue. Les questions de choix et de liberté ne sont pas si simples et ne peuvent pas se résumer en un slogan si facile à dire… Et surtout en tant que femme de ce temps, j’avais tout simplement envie de m’exprimer sur un sujet si sensible et douloureux qu’on ose à peine en parler librement aujourd’hui sans avoir peur d’être mis dans la case des « pour ou contre ».

Quelle a été votre démarche dans l’écriture?
Ma démarche est de tenter de plonger le lecteur dans la vie simple et ordinaire de personnes confrontées à ce tsunami que peut-être l’annonce d’un bébé surprise et chercher à comprendre ce qui se passe dans leurs cœurs, leurs corps et leurs esprits. Aborder ce sujet à travers des histoires de vie. L’idée est de prendre un peu de distance avec les débats politiques que l’on a l’habitude d’entendre pour aller à l’essentiel, à mon sens : « Que vivent-ils pour de vrai ces femmes et hommes ? »

Quelle place réservez-vous aux hommes dans ce roman sur des femmes de différents âges?
La leur ! Une grande place. En effet, pour moi la question du choix de garder un enfant ou pas, conçu à deux, doit se prendre à deux. Dans notre société actuelle, on reproche à l’homme d’être trop souvent celui qui pousse à l’avortement ou celui qui abandonne la femme. Mais on oublie tous ceux qui souffrent de perdre un enfant, tous ceux à qui on demande de se taire parce que ça ne les regarde pas. Ce n’est pas leur corps donc pas leur choix. On fait de l’avortement une affaire exclusivement féminine, hors, il y a bien souvent des hommes à côté d’elles et ils ne sont pas tous des méchants à faire taire. Ne l’oublions pas. J’avais envie de leur redonner la parole et surtout, une place.

A qui destinez-vous ce roman et pourquoi?
Je le destine à toutes les femmes à partir de 16 ans. Et aussi à tous ceux et celles qui travaillent avec un public pouvant être confronté aux grossesses surprises. L’idée de ce roman n’est pas d’apporter des réponses à un sujet très complexe. Mais plutôt de réfléchir ensemble, de se poser des questions qui me semblent essentielles lorsque l’on est dans cette situation ou que l’on doit conseiller quelqu’un. Même s’il est vrai qu’il peut sembler à première vu plutôt destiné à un public féminin, je le conseille en fait à tous ceux et celles qui auraient envie de réfléchir avec moi sur ce sujet aujourd’hui si brûlant.

Que souhaitez-vous aux lecteurs de ce roman?
Je souhaite que mes lecteurs puissent ouvrir leur cœur à ce qu’ils liront. Qu’ils prennent un peu de distance avec leurs propres opinions, leurs propres visions de la situation de l’avortement en France. Leur propre histoire peut-être… Je souhaite qu’ils se laissent un peu bousculer, perturber, qu’ils sortent de leur zone de confort. Qu’ils soient d’accord ou non, qu’ils acceptent finalement de se poser des questions qu’ils n’osaient peut-être pas avant.

Edb Infosfévrier 2018, propos recueillis par L. Lorusso

À propos de l'auteur

On en parle… Tout voir

Dorothy Day à l’honneur sur RCF
Retrouvez-la série Dorothy Day sur RCF tout l’été le dimanche à 7h30. Trois émissions sont … Lire la suite
Reconstruite en découvrant l’amour de Dieu- Dominique Quinio, La Croix
La vertu de Foi est illustrée par le portrait d’une jeune femme ayant vécu une enfance … Lire la suite
29 juin St Pierre-St Paul
Pourquoi Simon-Pierre a nié, par trois fois et avec force, être disciple de Jésus, alors que peu de temps … Lire la suite

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant un suivi statistique et anonyme des visites et de mémoriser vos choix et produits consultés dans la boutique.